NF ISO 4037- Radioprotection - Rayonnements X et gamma de référence pour l'étalonnage des dosimètres et des débitmètres

Le présent document donne des indications concernant les aspects complémentaires de la caractérisation des rayonnements de photons de faible énergie et les procédures pour l'étalonnage et la détermination de la réponse des dosimètres ou débitmètres de zone et individuels en fonction de l'énergie des photons et de l'angle d'incidence. Le présent document traite de la détermination précise des coefficients de conversion du kerma dans l'air en équivalents de dose H p (10) , H* (10) , H p (3) et H' (3) et pour les spectres de rayonnement de photons de faible énergie. Une méthode d'étalonnage direct de ces grandeurs au moyen d'instruments de référence appropriés est donnée comme alternative à l'utilisation des coefficients de conversion.

Source: https://www.boutique.afnor.org/norme/nf-iso-4037-4/radioprotection-rayonnements-x-et-gamma-de-reference-pour-l-etalonnage-des-dosimetres-et-des-debitmetres-et-pour-la-determinatio/article/904954/fa190942

SysDEA: Systematic analysis of dermal exposure to hazardous chemical agents at the workplace

The overall objective of the SysDEA study is to generate scientific knowledge for improvement and standardization of measurement methods for dermal exposure to chemicals at the workplace. To this end, five different tasks (transfer, spreading, spraying, handling immersed objects, and handling contaminated objects) were performed with three different product types: a dusty powder (solids) and high viscosity (HV) and low viscosity (LV) liquids. The investigated exposure situations (product-task combinations) were: dumping powder, pouring LV and HV (transfer), rolling LV and HV (spreading), surface spraying LV and HV (spraying), manually handling objects immersed in LV and HV (immersion/dipping) and handling objects contaminated with powder. The measurement methods investigated were: whole body dosimeter (coverall) versus patches for body exposure, gloves versus hand wash for hand exposure, and head bands versus head wipes for head exposure. In addition, a fluorescence method was used for all body parts. Each of these exposure situations was performed four times by four different test subjects each for all of the three different measurement methods (including body, hand and head exposure). In total 320 individual experiments were performed.

Source: https://www.baua.de/EN/Service/Publications/Report/F2349.html

The NIOSH Occupational Exposure Banding Process for Chemical Risk Management

Occupational exposure banding, also known as hazard banding or health hazard banding, is a systematic process that uses qualitative and quantitative hazard information on selected health-effect endpoints to identify potential exposure ranges or categories. The National Institute for Occupational Safety and Health (NIOSH) occupational exposure banding process seeks to create a consistent and documented process with a decision logic to characterize chemical hazards so that timely, well-informed risk management decisions can be made for chemical substances that lack OELs. Users can band a chemical manually or by using the occupational exposure banding e-Tool. Overall, this document provides the background, rationale, and instructions for the occupational exposure banding process and gives guidance for risk managers to identify control levels for chemicals without authoritative OELs.

Source: https://www.cdc.gov/niosh/docs/2019-132/default.html

Évaluation de l'exposition aux produits chimiques par les prélèvements surfaciques

De nombreuses activités professionnelles génèrent des dépôts sur les surfaces et les objets. Cette pollution surfacique peut alors conduire à une contamination des travailleurs par passage percutané et par ingestion. Une étude a été conduite dans le but de proposer une méthodologie d'évaluation des polluants présents sur les surfaces de travail. Issue de travaux expérimentaux ayant permis d'identifier les paramètres influents, cette méthodologie est actuellement mise en oeuvre sur des cas professionnels réels afin de l'affiner et de la valider. Enfin, des outils d'évaluation des contaminations surfaciques automatisés sont actuellement à l'étude afin de s'affranchir d'éventuels biais opératoires, ce qui permettrait d'harmoniser encore davantage les pratiques.

Source: Esteve, W., Brochard, C., Matera, V., Melins, S., Poirot, H. et Ravera, C. (2019). Références en santé au travail (158), 85-94.
http://www.rst-sante-travail.fr/rst/pages-article/ArticleRST.html?ref=RST.TF%20270

Measuring and controlling emissions from polymer filament desktop 3D printers

Affordable desktop 3D printers are being widely used in businesses, schools and colleges. Some of these printers use filaments to deposit polymer through a heated nozzle to build three dimensional objects. This type of desktop printer is generally unenclosed and some published studies have raised concerns that they may release potentially harmful fumes and particles. The scientific evidence base on exposures and potential health endpoints is being developed internationally.
This report describes initial research in a laboratory setting to a) measure emissions of particulates and volatile organic compounds from desktop 3D printers and b) investigate the effectiveness of control measures to reduce these printer emissions. Two common filament materials were investigated: polylactic acid (PLA) which is generally used in schools, and acrylonitrile butadiene styrene (ABS).
The research found that the heated filaments emitted large numbers of very small particles and volatile organic chemicals which could be breathed in. However, more research is required to establish if under real use conditions these printers release sufficient concentration of emissions to cause harm.

Source: https://www.hse.gov.uk/research/rrhtm/rr1146.htm

Study on reprotoxic chemicals

A range of legislative instruments are in place at EU level to manage and minimise the risks from occupational exposure to carcinogenic, mutagenic and reprotoxic substances. Carcinogenic chemicals can cause or promote cancers. Mutagenic chemicals can cause genetic mutations. Reprotoxic chemicals can damage the reproductive process.
This study assesses a number of options for moderning the current EU legislation, in particular regarding reprotoxic chemicals

Source: https://ec.europa.eu/social/main.jsp?catId=738&langId=en&pubId=8220&furtherPubs=yes

Travailler dans une ambiance thermique chaude

Nombre de salariés peuvent travailler dans une ambiance thermique chaude, à l'extérieur ou à leur poste de travail, liée directement à leur activité professionnelle ou au climat, lors d'une canicule par exemple. Ils sont ainsi exposés à des risques pour la santé parfois
graves et à des accidents de travail. Ce dossier rappelle les effets physiologiques de la chaleur sur le corps humain et les risques pour la santé. Sont ensuite présentés les différents paramètres des échanges thermiques et leurs mécanismes. L'évaluation des risques peut se faire à partir de la mesure de la contrainte thermique ou de la détermination de l'astreinte thermique au poste de travail. La prévention fait appel à des actions techniques, organisationnelles et individuelles, s'appuyant sur des dispositions réglementaires spécifiques et sur le rôle des services de santé au travail.

Source: Robert, L., Turpin-Legendre, E., Shettle, J., Tissot, C., Aubry, C. et Siano, B. (2019). Références en santé au travail (158), 31-55.
http://www.rst-sante-travail.fr/rst/pages-article/ArticleRST.html?ref=RST.TC%20165

Human exposure to uranium in South African gold mining areas using barber-based hair sampling

Uranium (U) measurements in water, soil, and food related to gold mining activities in populated areas in Gauteng Province, South Africa, suggest the possibility of exposure levels that may lead to adverse health consequences, including cancer. Theoretical considerations on pathways of human uptake of significant exposures are plausible, but few data on directly measured human exposure are available. A cross-sectional study was conducted using human measurements to compare U levels with other settings around the globe (based on literature review), to explore potential exposure variability within the province, and to test the feasibility of recruiting subjects partially coming from vulnerable and difficult-to-reach populations. Wards of potentially high (HE) and low exposure (LE) were identified. Composite hair samples representing the respective local populations were collected from regular customers of selected barber shops over a period of 1–2 months. A total of 70 U concentrations were determined in 27 composite samples from 1332 individuals. U concentrations ranged from 31 μg/kg to 2524 μg/kg, with an arithmetic mean of 192 μg/kg (standard deviation, 310 μg/kg) and a median of 122 μg/kg. Although HE wards collectively showed higher U levels than LE wards (184 vs 134 μg/kg), differences were smaller than expected. In conclusion, detected U levels were higher than those from most other surveys of the general public. The barber-based approach was an efficient hair collection approach. Composite hair samples are not recommended, due to technical challenges in measuring U, and individual hair samples are needed in follow-up studies to determine predictors of exposure.

Source: Winde, F., Geipel, G., Espina, C. et Schüz, J. (2019). PloS one, 14(6).
https://doi.org/10.1371/journal.pone.0219059

Programme national de surveillance du mésothéliome pleural (PNSM)

Vingt années de surveillance (1998-2017) des cas de mésothéliome, de leurs expositions et des processus d'indemnisation
En 1998, la Direction générale du travail (DGT) et la Direction générale de la santé (DGS) des ministères respectifs ont saisi Santé publique France pour mettre en place un programme national de surveillance des effets sanitaires de l'amiante : le programme national de surveillance du mésothéliome pleural (PNSM), marqueur spécifique des expositions passées à l'amiante.
À ce jour, le PNSM fonctionne depuis vingt ans. Ce rapport dresse un bilan essentiel de l'évolution de la situation épidémiologique des mésothéliomes pleuraux entre 1998 et 2017, en France, en termes d'incidence, de survie, d'expositions des patients atteints et de leur reconnaissance médico-sociale.
Malgré l'interdiction de l'usage de l'amiante en 1997 et du fait de l'effet différé de trente à quarante ans entre la première exposition et la survenue d'un mésothéliome, l'incidence du mésothéliome pleural continue à augmenter en France et cette augmentation est encore plus marquée chez les femmes, avec un doublement du nombre de nouveaux cas annuel depuis 1998.

Source: http://invs.santepubliquefrance.fr/Publications-et-outils/Rapports-et-syntheses/Travail-et-sante/2019/Programme-national-de-surveillance-du-mesotheliome-pleural-PNSM-vingt-annees-de-surveillance-1998-2017-des-cas-de-mesotheliome-de-leurs-expositions-et-des-processus-d-indemnisation

Halogenated flame retardants and organophosphate esters in the air of electronic waste recycling facilities

Evidence of high concentrations and multiple exposures
Background: In response to a worldwide increase in production of electronic waste, the e-recycling industry is rapidly rowing. E-recycling workers are exposed to many potentially toxic contaminants, among which flame retardants (FRs), mainly suspected of being endocrine disruptors, are thought to be the most prevalent.
Objective: To conduct an exposure assessment of four chemical groups of FRs in Canadian e-recycling facilities, and to identify the main cofactors of exposure.
Methods: Personal air samples were collected over a workday for 85 workers in six e-recycling facilities, grouped into three facility sizes, and for 15 workers in control commercial waste facilities. Total particulate matter was measured by gravimetry with stationary air samples. FRs were collected on OSHA versatile samplers, which allow particulate and vapor phases collection. Fifteen polybrominated diphenyl ether congeners (PBDEs), nine novel brominated (NBFRs), two chlorinated (ClFRs), and fourteen organophosphate ester (OPEs) flame retardants were analysed by gas chromatography–mass spectrometry. Sociodemographic data, tasks performed and materials processed by participating workers were recorded. Tobit regressions were used to identify cofactors of exposure, and their conclusions were corroborated using semi-parametric reverse Cox regressions.
Results: Thirty-nine of the 40 FRs analysed were detected in at least one air sample in e-recycling, and workers in this industry were exposed on average to 26 (range 12 to 39) different substances. The most detected chemical group of FRs in e-recycling was PBDEs with geometric mean sums of all congeners ranging from 120 to 5100?ng/m3, followed by OPEs with 740 to 1000?ng/m3, NBFRs with 7.6 to 100?ng/m3, and finally ClFRs with 3.9 to 32?mg/m3. The most important cofactor of exposure was the size of the e-recycling facility, with the largest one presenting on average 12 times the concentrations found in the control facility. Among tasks as potential cofactors of exposure, manual dismantling and baler operation exposed workers to some of the highest concentrations of PBDEs and ClFRs. There was a reduction of up to 27% in exposure to FRs associated with a 3-year increase in seniority. Finally, particulate matter concentrations in e-recycling facilities were highly correlated with all chemical classes except OPEs, and were higher in the large facility.
Conclusions: Among the FRs analysed, PBDE exposure was particularly high in e-recycling. Dust and particulate matter reduction strategies in these workplaces, together with training on proper working practices would certainly be important first steps to lower occupational exposures and prevent potential health effects.

Source: Gravel, S., Lavoué, J., Bakhiyi, B., Diamond, M. L., Jantunen, L. M., Lavoie, J., ... et Labrèche, F. (2019). Environment international, 128, 244-253.
https://doi.org/10.1016/j.envint.2019.04.027

Caractérisation des émissions de bitume haute résistance au désenrobage (HRD) avec dope d'adhésivité

Produit de distillation du pétrole, le bitume est chauffé puis mélangé à de la matière minérale broyée (le granulat) pour former l'enrobé bitumineux qui est utilisé pour le pavage de la grande majorité des routes. Les gaz, vapeurs et particules émis lorsque le bitume ou l'enrobé est chauffé sont constitués d'un groupe complexe de composés chimiques réglementés sous le nom de fumées d'asphalte (ou de bitume), notamment dans le Règlement sur la santé et la sécurité du travail du Québec. Si le bitume démontre un manque d'adhésivité au granulat selon la norme prescrite, une dope d'adhésivité (additif chimique) y est ajoutée. Ce type de bitume, que l'on nommera bitume haute résistance au désenrobage (HRD), est utilisé au Québec depuis environ 15 ans.
Depuis quelques années, des travailleurs du pavage se plaignent de problèmes d'irritation des yeux et du système respiratoire à la suite de l'utilisation de bitume HRD avec ce type d'additif. Cependant, les substances émises lors de la mise en œuvre d'un enrobé avec bitume HRD avec dope d'adhésivité ont fait l'objet de peu d'études. Les deux premiers objectifs de la présente étude étaient de caractériser en laboratoire les fumées émises par un bitume HRD avec additif pour ensuite identifier les composés chimiques spécifiques à ce type de bitume et qui sont soupçonnés irritants ou sensibilisants. Le troisième objectif était de développer une méthode de prélèvement et d'analyse des composés mis en évidence par cette recherche pour évaluation ultérieure en milieu de travail.

Source: https://www.irsst.qc.ca/publications-et-outils/publication/i/101036/n/caracterisation-emissions-bitume-haute-resistance-desenrobage-dope-adhesivite

De la production au traitement des déchets de nanomatériaux manufacturés

Les nanodéchets peuvent présenter un risque potentiel pour les salariés qui les produisent, mais également pour les travailleurs amenés à les collecter, à les entreposer, à les transporter et à les traiter, que ce soit dans les usines d'incinération, les installations d'enfouissement ou les entreprises de recyclage.
Ce guide est destiné à apporter des éléments d'aide au repérage des risques et au choix des mesures de prévention adaptées à l'ensemble des salariés concernés par la production et la gestion de nanodéchets, en s'appuyant sur les différentes filières de collecte, de valorisation et d'élimination possibles.

Source: http://www.inrs.fr/media.html?refINRS=ED%206331

Évaluation du suivi post-exposition amiante de techniciens en télécommunications

Objectifs: Nous avons cherché à évaluer les avantages de la surveillance post-exposition à l'amiante après application des directives de la Haute Autorité de santé (HAS). Nous avons évalué le suivi et les résultats des scanners thoraciques (CTscan) réalisés dans ce cadre pour une entreprise de télécommunications, ainsi que ces conséquences sur le nombre de déclarations en maladies professionnelles.
Méthode: Il s'agit d'une enquête rétrospective pour des salariés toujours en activité (ancienneté moyenne dans l'entreprise 35 ans) menée sur l'étude des dossiers médicaux entre janvier 2012 et décembre 2017. Un questionnaire, rempli par le médecin ou l'infirmière, concernait tous les salariés pour lesquels une notion d'exposition à l'amiante avait été tracée (exposition faible, intermédiaire ou forte au sens de la conférence de consensus). Étaient notamment recherchées la réalisation de scanners thoraciques et l'orientation en consultation de pathologie professionnelle, ainsi que l'analyse des résultats.
Résultats: Deux-mille questionnaires ont été complétés, on compte 749 résultats de scanners : 97 % pour des salariés ayant été exposés de façon intermédiaire et 3 % en exposition forte. Dans le cadre du suivi, il y a 50 % de scanners directement prescrits par le médecin du travail dont 18 % n'ont pas été réalisés soit par refus du salarié, soit ultérieurement programmé. La moitié d'entre eux a été orientée directement en consultation de pathologie professionnelle dont 22 % sans retour de scanner (refus du salarié ou estimation d'exposition jugée trop faible par le spécialiste). Sur les 749 scanners réalisés : 33 % présentaient des résultats anormaux ; 4,2 % montraient des anomalies pleurales (en particulier 2,6 % épaississement/plaques) ; 27 % montraient des anomalies parenchymateuses (essentiellement des nodules pour 16 %, 5,5 % d'emphysèmes et 0,4 % de carcinomes bronchopulmonaires) et 1,3 % montraient des images interstitielles. Une déclaration de maladie professionnelle a été faite pour 30 % des salariés ayant présenté une anomalie scanographique pouvant être supposée due à l'exposition (plaque, image interstitielle, carcinome).
Discussion: Le suivi post-exposition tel que recommandé par la HAS est pertinent pour cette entreprise. Les résultats suggèrent qu'il existe une sous-déclaration en maladie professionnelle notamment pour les salariés fonctionnaires.

Source: Ruiz, J. F., Gouyet, T., Couchoud, C. C., Nayrat, C., Vuillaume, F., Jouvenne, I., ... et Husson, B. (2019). Archives des Maladies Professionnelles et de l'Environnement, 80(3), 210-221.
https://doi.org/10.1016/j.admp.2019.01.009

NF EN 17199-3 - Mesurage du pouvoir de resuspension des matériaux en vrac contenant des nano-objets et leurs agrégats et agglomérats (NOAA) ou autres particules en fraction alvéolaire

Le présent document décrit la méthodologie permettant de mesurer le pouvoir de resuspension de matériaux en vrac contenant ou émettant des NOAA ou autres particules en fraction alvéolaire dans des conditions normalisées et reproductibles et spécifie, à cette fin, le but de la méthode de la chute continue. Le présent document spécifie le choix des instruments et dispositifs ainsi que les procédures de calcul et d'expression des résultats. Il fournit également des lignes directrices concernant l'évaluation et la consignation des données. La méthodologie décrite dans le présent document permet : le mesurage des fractions massiques des poussières alvéolaires et, facultativement, inhalables ; le mesurage de l'indice du pouvoir de resuspension en nombre des particules dans la plage granulométrique comprise entre environ 10 nm et 1 micron m ; le mesurage du taux d'émission en nombre des particules dans la plage granulométrique comprise entre environ 10 nm et 1 micron m ; le mesurage de la distribution granulométrique en nombre des particules d'aérosol libérées dans la plage granulométrique comprise entre environ 10 nm et 10 micron m ; et la collecte des particules en suspension dans l'air libérées dans la fraction massique des poussières alvéolaires pour des observations et une analyse supplémentaires par microscopie électronique. Le présent document est applicable aux essais relatifs à une gamme étendue de matériaux en vrac, y compris des matériaux granulaires, en poudre ou sous forme de pastilles contenant ou émettant des NOAA ou autres particules en fraction alvéolaire sous formes revêtues, non revêtues, liées et non liées. Aucun système de classification basé sur le nombre en termes d'indices de pouvoir de resuspension ou de taux d'émission n'a encore été établi. Dès lors que des données de mesure seront disponibles en grand nombre, il est prévu de réviser le présent document et d'introduire un tel système de classification, le cas échéant. Les méthodes spécifiées dans le présent document n'ont pas été évaluées pour les nanofibres et les nanofeuillets.

Source: https://www.boutique.afnor.org/norme/nf-en-17199-3/exposition-sur-les-lieux-de-travail-mesurage-du-pouvoir-de-resuspension-des-materiaux-en-vrac-contenant-des-nano-objets-et-leurs/article/910813/fa187163

Transformation du granit - Caractérisation et contrôle de la poussière de la silice émise par le polissage

La présente étude contribue à l'avancement des connaissances nécessaires pour déterminer des moyens d'élimination et de réduction à la source des poussières fines et ultrafines contenant de la silice cristalline et qui sont émises lors de la transformation du granit. L'élimination et la réduction à la source des émissions sont les moyens privilégiés pour assurer un environnement de travail sain et sécuritaire; l'utilisation des équipements de protection individuelle demeurant la dernière solution à adopter en milieu de travail.
Pour parvenir à des solutions efficaces, une étude a d'abord été réalisée en laboratoire, portant sur 1) la caractérisation, 2) le contrôle de la poussière de silice cristalline émise par les opérations de polissage à sec et humide. La caractérisation des poussières fines et ultrafines émises par le polissage était nécessaire puisque les solutions de contrôle des émissions dépendent de la granulométrie et de la concentration des polluants émis par le procédé de polissage. Les moyens de contrôle des émissions incluaient la modification de certains paramètres de travail (vitesse de rotation et vitesse d'avance du procédé de polissage, polissage à sec ou par voie humide, quantité d'eau).

Source: https://www.irsst.qc.ca/publications-et-outils/publication/i/101030/n/granit-controle-de-poussiere-silice-polissage

Assessment of Occupational Exposure to Organic Flame Retardants: A Systematic Review

Background: Flame retardants (FRs) are widespread in common goods, and workers in some industries can be exposed to high concentrations. Numerous studies describe occupational exposure to FRs, but the diversity of methods and of reported results renders their interpretation difficult for researchers, occupational hygienists, and decision makers.
Objectives: The objectives of this paper are to compile and summarize the scientific knowledge on occupational exposure to FRs as well as to identify research gaps and to formulate recommendations.
Methods: Five databases were consulted for this systematic literature review (Embase, Medline [Pubmed], Global health, Web of Science, and Google Scholar), with terms related to occupational exposure and to FRs. Selected studies report quantitative measurements of exposure to organic FRs in a workplace, either in air, dust, or in workers' biological fluids. The Preferred Reporting Items for Systematic reviews and Meta-Analyses statement guidelines were followed.
Results: The search yielded 1540 published articles, of which 58 were retained. The most frequently sampled FRs were polybrominated diphenyl ethers and novel brominated FRs. Offices and electronic waste recycling facilities were the most studied occupational settings, and the highest reported exposures were found in the latter, as well as in manufacturing of printed circuit boards, in aircrafts, and in firefighters. There were recurrent methodological issues, such as unstandardized and ill-described air and dust sampling, as well as deficient statistical analyses.
Conclusions: This review offers several recommendations. Workplaces such as electronic waste recycling or manufacturing of electronics as well as firefighters and aircraft personnel should be granted more attention from researchers and industrial hygienists. Methodical and standardized occupational exposure assessment approaches should be employed, and data analysis and reporting should be more systematic. Finally, more research is needed on newer chemical classes of FRs, on occupational exposure pathways, and on airborne FR particle distribution.

Source: Gravel, S., Aubin, S. et Labrèche, F. (2019). Annals of work exposures and health, 63, 386-406.
https://doi.org/10.1093/annweh/wxz012

Effects of occupational exposure to respirable quartz dust on acute myocardial infarction

Objectives: The aim of this study is to investigate the effects of occupational exposure to respirable quartz (RQ) on first acute myocardial infarction (AMI). RQ causes pulmonary diseases like silicosis and has also been linked to cardiovascular diseases. Inflammation is hypothesised as the underlying pathway.
Methods: We performed a 1:3 matched case–control study nested in a cohort of male uranium miners. We included cases (identified from hospital records and validated according to WHO criteria) who had suffered their first AMI while still employed and <65 years of age. Controls were matched by date of birth and Wismut recruitment era. RQ exposure was derived from a job-exposure matrix. We performed a conditional logistic regression adjusted for smoking, metabolic syndrome and baseline erythrocyte sedimentation rate. Subgroups by date of birth and Wismut recruitment era were analysed to minimise the impact of pre-exposures.br> Results: The study base comprised 292 matched sets. The cumulative exposure ranged from 0 to 38.9 mg/m³-years RQ. The adjusted OR of the highest RQ tertile (>14.62 mg/m³-years) was 1.27 (95% CI 0.82 to 1.98). However, for miners born after 1928 and hired in the earliest recruitment era (1946–1954), a significantly elevated risk was seen in the highest RQ tertile (OR=6.47 [95% CI 1.33 to 31.5]; 50 matched sets).
Conclusions: An impact of quartz dust on first AMI was observed only in a small subgroup that had virtually no pre-exposure to RQ. Further studies on the basis of complete occupational history are required to substantiate this finding.

Source: Gellissen, J., Pattloch, D. et Möhner, M. (2019). Occupational and environmental medicine, 76(6), 370-375.
http://dx.doi.org/10.1136/oemed-2018-105540

La lambda-cyhalothrine comme insecticide en milieu agricole

Étude de la toxicocinétique de biomarqueurs pour le suivi de l'exposition des travailleurs
L'objectif général du présent projet de recherche a été de combler le manque de connaissance sur la toxicocinétique de biomarqueurs d'exposition à la lambda-cyhalothrine chez l'humain, pour une meilleure interprétation des données de biosurveillance des travailleurs exposés à ce pesticide et une meilleure évaluation des risques associés.
Ce projet a été divisé en deux volets. Dans le premier volet, une étude cinétique contrôlée a été réalisée chez des volontaires exposés à la lambda-cyhalothrine de façon aiguë, à de faibles doses orale (dose de référence orale) et cutanée (formulation à base de lambda-cyhalothrine), afin d'analyser les profils temporels des biomarqueurs d'exposition (le CFMP et le 3-PBA), dans le plasma et l'urine. Dans le second volet, un modèle toxicocinétique a été développé à partir des données de l'étude chez les volontaires, afin de simuler la cinétique de biomarqueurs d'exposition à la lambda-cyhalothrine pour différents scénarios d'exposition et de fournir un outil permettant de reconstruire les doses absorbées chez des travailleurs exposés.

Source: https://www.irsst.qc.ca/publications-et-outils/publication/i/101029/n/lambda-cyhalothrine

Potential Hazards of Additive Manufacturing

Additive manufacturing (AM), commonly referred to as 3-D printing, is becoming more prevalent in industry. AM is a set of processes for making products by selectively joining small amounts of material, using a computer-aided design file. [1,2] The advantages for industry include: shortened production cycles, reduced tooling costs, reduced waste material, easier product customization, novel design options, and new possibilities in distribution and fulfilment. [2–6] The automotive, aerospace, medical device, and electronics manufacturing industries are already using AM, and biomedical applications are expected to grow. Additionally, AM is found in construction, offices, and libraries. It is also important to note the rapid rise of AM in schools, including K–12, as a teaching tool for advanced design and manufacturing technologies.

Though progress has been made in understanding exposures and risks in this field, there is still a need for research on the potential health and safety implications for workers. A new paper from NIOSH researchers, “Potential Occupational Hazards of Additive Manufacturing” published in the Journal of Occupational and Environmental Hygiene highlights AM processes, identifies potential hazards, and discusses research needs for protecting workers.

Source : https://blogs.cdc.gov/niosh-science-blog/2019/04/09/am/

Dangers, expositions et risques relatifs à la silice cristalline

L'expertise visait à déployer les actions suivantes :
- Réaliser un état des lieux des études et données concernant les dangers et effets sur la santé de la silice cristalline en se focalisant en particulier sur les études de cancérogénicité, la silice cristalline ayant été classée par le CIRC en cancérogène de Catégorie 1 ;
- Identifier l'ensemble des pathologies associées à une exposition à la silice cristalline et en évaluer la pertinence et le lien de cause à effet ;
- Sur la base de cet état des lieux, étudier la faisabilité d'une proposition de classification et étiquetage au niveau européen dans le cadre du règlement n° 1272/2008 (CLP) en tenant compte des travaux du CIRC, du contexte règlementaire en particulier les activités dans le cadre de REACH et des discussions concernant la forme nanométrique de la silice cristalline ;
- Conduire une étude de filière concernant la silice cristalline afin d'identifier les différents usages de cette substance depuis son extraction jusqu'à la production et la commercialisation de produits en contenant, principalement pour les professionnels mais également pour les consommateurs ;
- Évaluer les expositions aux différentes formes de silice cristalline en réalisant une étude bibliographique des études disponibles ;
- Identifier les pratiques/usages les plus exposants pour les professionnels et procéder au besoin à des mesures sur le terrain. Une attention toute particulière sera portée sur l'émergence de nouveaux modes d'exposition ainsi que sur l'évolution des expositions concernant les activités exposantes déjà bien connues ;
- Réaliser un état des lieux des principales dispositions règlementaires de prévention, de protection et de réparations des affections liées à une exposition professionnelle à la silice cristalline ;
- Après avoir considéré la pertinence de réaliser une évaluation quantitative des risques pour la santé des professionnels exposés à la silice cristalline, l'Agence proposera, le cas échéant, toute mesure permettant de supprimer ou réduire les risques identifiés.

Source: https://www.anses.fr/fr/system/files/AIR2015SA0236Ra.pdf

Exposition à l'amiante lors du traitement des déchets : nouvelle édition du guide de prévention de l’INRS

L'INRS publie une nouvelle édition du guide pour prévenir les expositions à l'amiante lors du traitement des déchets (ED 6028). Ce guide fournit des conseils pratiques de prévention à tous les professionnels qui, travaillant dans les déchèteries ou les installations de stockage des déchets, peuvent être amenés à manipuler et à intervenir sur des déchets contenant de l'amiante. Il informe également sur le cadre réglementaire ou les filières d'élimination de ces déchets. Il dresse également un inventaire (non exhaustif) des déchets contenant de l'amiante.

Principaux éléments mis à jour dans le guide de prévention ED 6028

  • Règlementation
  • Filières d'élimination des déchets contenant de l'amiante
  • Inventaire des déchets contenant de l'amiante
  • Mesures de prévention, notamment celles concernant l'hygiène (décontamination des personnes et des engins)
Source : http://www.inrs.fr/actualites/nouveau-guide-prevention-exposition-amiante-traitement-dechet.html
Current state of knowledge on the health effects of engineered nanomaterials in workers

A systematic review of human studies and epidemiological investigations
Objectives: The widespread application of nano-enabled products and the increasing likelihood for workplace exposures make understanding engineered nanomaterial (ENM) effects in exposed workers a public and occupational health priority. The aim of this study was to report on the current state of knowledge on possible adverse effects induced by ENM in humans to determine the toxicological profile of each type of ENM and potential biomarkers for early detection of such effects in workers.
Methods: A systematic review of human studies and epidemiological investigations of exposed workers relative to the possible adverse effects for the most widely used ENM was performed through searches of major scientific databases including Web of Science, Scopus, and PubMed.
Results: Twenty-seven studies were identified. Most of the epidemiological investigations were cross-sectional. The review found limited evidence of adverse effects in workers exposed to the most commonly used ENM. However, some biological alterations are suggestive for possible adverse impacts. The primary targets of some ENM exposures were the respiratory and cardiovascular systems. Changes in biomarker levels compared with controls were also observed; however, limited exposure data and the relatively short period since the first exposure may have influenced the incidence of adverse effects found in epidemiological studies.
Conclusions: There is a need for longitudinal epidemiologic investigations with clear exposure characterizations for various ENM to discover potential adverse health effects and identify possible indicators of early biological alterations. In this state of uncertainty, precautionary controls for each ENM are warranted while further study of potential health effects continues.

Source: Schulte, P. A., Leso, V., Niang, M., et Iavicoli, I. (2019). Scandinavian Journal of Work, Environment & Health,45(3):217-238.
http://dx.doi.org/10.5271/sjweh.3800

Santé travail : enjeux et actions. Les cancers reconnus d'origine professionnelle. Evolution statistique, actions de prévention et d'accompagnement des salariés exposés

Sur la période 2013-2017, l'Assurance Maladie - Risques professionnels a reconnu, en moyenne 1 840 cancers d'origine professionnelle par an,soit 0,5 % des nouveaux cas de cancers recensés en France. Sur la même période, plus de 50 000 maladies professionnelles ont été reconnues par an, liées majoritairement à des troubles musculo-squelettiques.
Parmi les cancers professionnels reconnus, la part liée à l'amiante est prépondérante (80 % sur la période 2013-2017). Il s'agit de cancers du poumon dans 70 % des cas et de mésothéliomes dans 30 % des cas.
Du fait de la prédominance des cancers liés à l'amiante, la majorité des cas reconnus sont des cancers du poumon (57 %). Viennent ensuite les cancers de la plèvre (21 %) et de la vessie (11 %).95 % des cancers d'origine professionnelle sont reconnus par le système des tableaux de maladies professionnelles :
- dont 80 % correspondent strictement aux modalités des tableaux (alinéa 5 de l'article L461-1 du code de la Sécurité sociale),
- et 15 % correspondent partiellement à celles-ci (alinéa 6). Les 5 % restants (environ 90 cas par an) sont reconnus hors tableaux par le système complémentaire (dit de l'alinéa 7 faisant référence au même article). Tous types de cancers confondus, l'âge moyen et médian des personnes touchées au moment de la reconnaissance en maladie professionnelle est de 68 ans. Il s'agit donc majoritairement de retraités.Les patients atteints d'un mésothéliome ou d'un cancer broncho-pulmonaire du tableau 30 (amiante) sont les plus âgés au moment de cette reconnaissance (âge moyen et médian de 73 ans), tandis que les patients atteints d'une hémopathie maligne du tableau 4 (benzène) sont les plus jeunes (moyenne à 56,5 ans et médiane à 56 ans).Il existe une forte différenciation selon le sexe : les hommes sont très majoritairement les plus concernés (96 %). Il s'agit majoritairement d'ouvriers (80 % de cas). Les hommes ne présentent en effet pas les mêmes expositions au risque de cancers professionnels du fait de la spécificité de leurs emplois. A titre de comparaison, toutes causes de cancers confondues, les hommes représentent seulement 55 % des cas dans la cartographie des cancers établie par Santé publique France. 
Cette situation est le reflet de la structure d'emploi des cinquante dernières années et ne reflète pas l'exposition actuelle des salariés.

Source : https://veille-travail.anact.fr/osiros/result/notice.php?queryosiros=id:97937&referer=home&referer=home

Occupational Exposure to Metals in Shooting Ranges: A Biomonitoring Study

 

Background 
Lead (Pb) exposure in shooting ranges has been reduced by various measures such as jacketed ammunition and lead-free primers. Nevertheless, this may lead to exposure to other metals, potentially resulting in adverse health effects.
Methods
In a cross-sectional study, 35 subjects from seven different shooting ranges were studied: four shooting instructors, 10 police officers, 15 Special Forces, and six maintenance staff members. Metals and metalloids were determined in blood and urine by inductively coupled plasma–mass spectrometry.
Results
The concentrations of most elements did not differ significantly between groups or compared to reference values, except for Sb and Pt in urine and Pb in blood. Mean values for Sb were considerably higher in urine from the Special Forces (0.34 μg/L), the maintenance staff (0.13 μg/L), and shooting instructors (0.32 μg/L) compared to the police officers before shooting (0.06 μg/L) and a Belgian reference value (0.04 μg/L). For Pt, the Special Forces showed higher mean urinary concentrations (0.078 μg/L) compared to a Belgian reference value (<0.061 μg/L). Mean values for blood lead were markedly higher in the Special Forces (3.9 μg/dL), maintenance staff (5.7 μg/dL), and instructors (11.7 μg/dL) compared to police officers (1.4 μg/dL). One instructor exceeded the biological exposure index for blood Pb (38.8 μg/dL).
Conclusion
Since both Pb and Sb were found to be higher in shooting range employees, especially among frequent shooters, it is advisable to provide appropriate protective equipment, education, and medical follow-up for shooting range personnel in addition to careful choice of ammunition.

Source : Vandebroek, E., Haufroid, V., Smolders, E., Hons, L. et Nemery, B. (2019) Safety and Health at Work. 10(1), 87-94. https://doi.org/10.1016/j.shaw.2018.05.006

 

Measuring and controlling emissions from polymer filament desktop 3D printers

Affordable desktop 3D printers are being widely used in businesses, schools and colleges. Some of these printers use filaments to deposit polymer through a heated nozzle to build three dimensional objects. This type of desktop printer is generally unenclosed and some published studies have raised concerns that they may release potentially harmful fumes and particles. The scientific evidence base on exposures and potential health endpoints is being developed internationally.

This report describes initial research in a laboratory setting to a) measure emissions of particulates and volatile organic compounds from desktop 3D printers and b) investigate the effectiveness of control measures to reduce these printer emissions. Two common filament materials were investigated: polylactic acid (PLA) which is generally used in schools, and acrylonitrile butadiene styrene (ABS).

Source: https://www.hse.gov.uk/research/rrhtm/rr1146.htm

Plus de Messages Page suivante »

Abonnement courriel

Messages récents

Catégories

Mots-Clés (Tags)

Blogoliste

Archives