2011-08-01 12:00 - Messages

Well-being at work: innovation and good practice

The EU Well-being at Work project in 2008 sought to encourage comprehensive action promoting the better health, safety and well-being of the workforce simultaneously with the organisation’s productivity and success. A report published by the Finnish Institute of Occupational Health describes the management changes needed to achieve well-being at work and presents a self-evaluation matrix that organisations can use to determine the standard of their performance

Source : http://www.eurofound.europa.eu/ewco/2011/06/FI1106011I.htm

http://osha.europa.eu/fop/finland/fi/good_practice/progress/tyohyvinvointi/EU-Progress-Booklet.pdf

Stress : les pratiques de prévention de 36 entreprises européennes

Anact.fr propose en téléchargement 36 monographies d'entreprises européennes ayant engagé une démarche de prévention du stress au travail. De grandes multinationales sont présentes (Procter and Gamble, DHL, Goodrich, Alstom, ...), mais également des entreprises de taille moyenne. Dans le cadre du projet européen ENWHP, l'ANACT a analysé les plans d'action de 9 grandes entreprises particulièrement actives face aux risques psychosociaux. Un travail comparable a été réalisé dans les autres pays de l'Union. A partir de ce travail de recencement et d'analyse, Anact.fr propose en téléchargement 36 cas d'entreprises issus d'autres pays de l'Union européenne. De grandes multinationales sont présentes (Procter and Gamble, DHL, Goodrich, Alstom, ...), mais aussi des entreprises de taille moyenne.Pour chaque entreprise, l'objectif initial, la culture d'entreprise, l'organisation, et le dispositif de prévention mis en place ont été analysés. Chaque fiche se termine par des chapitres sur les enseignements tirés et les facteurs de succès identifiés. Un contact est aussi identifié.

Source : http://www.anact.fr/web/actualite/essentiel?p_thingIdToShow=20999577

L'observatoire EVREST, une démarche de mise en place d'indicateurs collectifs en santé au travail

L'observatoire EVREST (Évolution et relations en santé au travail) a été construit par des médecins du travail et des chercheurs pour évaluer globalement, dans la pratique quotidienne, les problèmes de santé des salariés en lien avec leur travail. Ce dispositif, à visée longitudinale, est basé sur un questionnaire court, complété avec le salarié au moment des entretiens périodiques de santé au travail. C'est dans la combinaison avec l'approche clinique des médecins que le questionnaire prend son sens, aussi bien au niveau individuel qu'au niveau collectif. Cet article précise les limites et les spécificités du dispositif EVREST.

Source : Bardouillet, M.C.; Buisset, C.; Bardot, F.; Molinié, A.F.; Leroyer, A. Documents pour le médecin du travail, no 126, 2e trimestre 2011, p. 213-223.

 http://www.dmt-prevention.fr/inrs-pub/inrs01.nsf/IntranetObject-accesParReference/DMT_TM%2018/$File/TM18.pdf

Health and well-being at work research published

Le Department of Work and Pensions (UK) published four research reports examining GP, employer and employee attitudes and behaviours towards health and well-being at work. The reports were commissioned to gain robust data and address gaps in the evidence base. The findings provided much of the evidence for the Health, Work and Well-being: Baseline Indicators report published in December 2010 and are being used as a key part of the analysis for the Independent Review of Sickness Absence.

Source : http://www.dwp.gov.uk/health-work-and-well-being/news/#research

 

Risques psychosociaux au travail : outils d'évaluation

La dernière édition de la revue Documents pour le médecin du travail (no 126, 2e trimestre 2011) propose quatre articles dans une série qui analyse les questionnaires utilisés dans les démarches de diagnostic et de prévention du stress et des risques psychosociaux au travail.

  • Grille d'identification des risques psychosociaux au travail
  • WOrking Conditions and Control Questionnaire (WOCCQ)
  • Stress professionnel positif et négatif (SPPN)
  • Questionnaire d’évaluation de la santé au travail (Santé au Travail, INRS et université Nancy 2 - SATIN)

Source: http://www.dmt-prevention.fr/inrs-pub/inrs01.nsf/IntranetObject-accesParReference/RubriqueDMTSommaire/$File/Visu.html

Récompense au travail ressentie et santé des seniors

Selon le modèle de Siegrist, le sentiment de recevoir une faible récompense au travail en contrepartie de l’effort fourni représente un facteur de risque psychosocial affectant la santé. À partir de l’enquête européenne SHARE, menée en 2004 et 2006 auprès des personnes de 50 ans et plus, cette étude propose de mesurer l’effet de ce déséquilibre entre récompense et effort sur l’état de santé des seniors, puis d’identifier des facteurs relatifs au travail pouvant
expliquer ce déséquilibre. Selon nos résultats, la probabilité de déclarer des limitations d’activités est supérieure de 8 points pour les seniors en emploi estimant recevoir une faible récompense au travail en 2004 et 2006. La probabilité de déclarer des douleurs articulaires ou maux de dos est, quant à elle,
supérieure de 12 points.

Source : Lengagne, P. (IRDES). Récompense au travail ressentie et santé des seniors. Questions d'économie et de santé, no 166, juin 2011.  http://www.irdes.fr/Publications/2011/Qes166.pdf

Don’t Separate Workplace Wellness Initiatives from Safety and Health Programs

Some things are meant to work together. Just as you wouldn’t wear only one protective glove and leave the other sitting on the toolbox, incorporating workplace wellness initiatives into safety and health programs may result in a healthier, more productive workplace, new research reveals. “Workplace Health Protection and Promotion: A New Pathway for A Healthier – and Safer – Workforce,” a paper written by a task force from the American College of Occupational and Environmental Medicine (ACOEM) and published in JOEM, suggests that employers can gain a more powerful punch from their wellness programs if they are integrated into other safety and health initiatives. Researchers said that many employers make the mistake of viewing their safety/health protection programs and workplace wellness programs as two distinct activities, which they then separate into different “silos.” Isolating these programs, however, may not be the most effective approach. The paper argues that the “workplace health protection and promotion” concept can address this limitation by systematically integrating these two previously independent functions, thereby enhancing the overall health and well-being of the workforce while decreasing the likelihood of workplace injuries and illnesses. After all, the authors state, “both health protection and health promotion interventions are best achieved when they are working in concert.”
Hymel, P. A.; Loeppke, R. R.; Baase, C. M.; Burton, W. N.; Hartenbaum, N. P.; Hudson, T. W.; McLellan, R. K.; Mueller, K.L.; Roberts, M. A.; Yarborough, C. M.; Konicki, D.L.; Larson, P. W. Workplace health protection and promotion: a new pathway for a healthier and safer workforce,Journal of Occupational & Environmental Medicine, June 2011, Vol. 53, no 6,  p 695–702
http://journals.lww.com/joem/Fulltext/2011/06000/Workplace_Health_Protection_and_Promotion__A_New.17.aspx

 

Démarche d'amélioration des conditions de travail dans une PMI de sous-traitance automobile

Mener une démarche de prévention dans les petites et moyennes entreprises présente des difficultés, liées notamment à la faiblesse des moyens dont elles disposent. L'auteur montre dans cet article comment les préventeurs peuvent tirer parti de cette taille modeste pour engager un dialogue entre les différents niveaux hiérarchiques. L'intervention présentée porte sur un collectif de 27 salariés d'une PMI de sous-traitance automobile. En partant du ressenti des salariés sur différents aspects de leur activité, il a été possible de mettre en place des mesures d'amélioration des conditions de travail dans plusieurs domaines.
Pour mener cette intervention, l'auteur s'est inspiré des pratiques systémiques en entreprise développées par l'école de Palo Alto. Cette référence théorique apporte un cadre méthodologique intéressant pour le développement de démarches de prévention, notamment à destination des petites structures.

Source : http://www.inrs.fr/inrs-pub/inrs01.nsf/IntranetObject-accesParReference/ND%202341/$File/nd2341.pdf

A quoi ressemblera le travail dans 20 ans ?

Avec son rapport "Le travail et l'emploi dans vingt ans", le Centre d'Analyse Stratégique aide à se projeter dans le futur. Deux scénarios sont élaborés : un premier d’“accélération technologique et sociétale”, un second de “rééquilibrage et de volontarisme des acteurs”. Depuis les années 1970, le travail et l’emploi ont connu de profonds bouleversements en France : poussée de l’emploi tertiaire, féminin, des emplois de cadres et de professions intermédiaires, développement des contrats courts, persistance du chômage de masse. Mais qu'en sera-t-il dans 20 ans ? Pour établir des scénarios plausibles pour 2030, les experts du CAS sont partis de 5 questions : pourquoi travaille-t-on ? Pour qui travaille-t-on ? Comment ? Où ? Et quand ? Selon eux, d’ici à 2030, si les motivations du travail devraient rester globalement les mêmes, les relations d’emploi – avec le brouillage des frontières entre les statuts et l’affaiblissement de la subordination – et les conditions concrètes d’exercice du travail – avec la remise en cause des “trois unités” (de temps, de lieu et d’action) – vont poursuivre leur évolution.

Source : http://www.strategie.gouv.fr/content/rapport-le-travail-et-lemploi-dans-vingt-ans-5-questions-2-scenarios-4-propositions

Abonnement courriel

Messages récents

Catégories

Mots-Clés (Tags)

Blogoliste

Archives