Environnement de travail, symptômes dépressifs et sentiment de désespoir

Étude auprès de salariés
En France, le suicide est considéré comme un problème de santé publique majeur depuis les années 1990. Au même moment, plusieurs auteurs ont commencé à souligner un accroissement de suicides dont la cause serait majoritairement liée au travail. Cependant, peu d'études empiriques ont été déployées. Cette étude analyse les liens éventuels entre des facteurs cliniques (symptômes dépressifs, sentiment de désespoir) et des éléments de l'environnement de travail, aux niveaux des caractéristiques du travail (i.e., latitude décisionnelle, soutien social au travail, efforts, récompenses), des relations (harcèlement moral au travail) et des facteurs psychologiques reliés au travail (satisfaction des besoins fondamentaux au travail, épuisement professionnel). Les données, récoltées au moyen d'un questionnaire auto-administré auprès de salariés de différents secteurs d'activité, ont mis en évidence des liens entre d'une part, des symptômes dépressifs et d'autre part, de faibles récompenses extrinsèques, un surinvestissement, des actes pouvant relever d'un harcèlement moral au travail et un épuisement émotionnel. De plus, des liens ont été relevés entre d'une part, un sentiment de désespoir et d'autre part, des efforts élevés, de faibles récompenses intrinsèques, une faible satisfaction du besoin de compétences au travail et un faible sentiment d'accomplissement personnel au travail. Les résultats invitent à considérer ces facteurs comme des pistes à privilégier dans un environnement de travail pour prévenir la santé mentale et le suicide.

Source: Caroline Nicolas, Pascale Desrumaux, Monique Séguin et Guy Beauchamp. Le Travail humain, vol. 79, n°2, avril 2016, p. 125-146.
https://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=TH_792_0125

Abonnement courriel

Messages récents

Catégories

Mots-Clés (Tags)

Blogoliste

Archives